Histoires d’eau à Marolles

Sortie de l'écoleLe village de Marolles est implanté sur un plateau et construit sur le limon. La topographie laisse supposer des traces anciennes de cours d’eau comme en témoigne le lieu-dit « le cours d’eau des graviers » ou « la mare rouge ».
Une des hypothèses de l’origine du mot Marolles peut provenir de Merrolae, à cause des pièces d’eau ou mares.

Les mares :

Un relevé d’un plan terrier de Marolles au XVIIIème siècle dénombre l’emplacement des anciennes mares : mare de Gaillon – mare du Tremble – mare à vallée – mare de l’eau – mare des Cordeliers – mare du Ponceau – mare du Rioton – mare au Chat ou fossé à Baron – mare de l’Eglise – mare Benard – mare Grimoux – mare Bardou – mare au noir et du fossé de l’égout et de la Genetrière (beaucoup de ces noms ont disparu ou ont été changés par leur propriétaire).

Les puits :

En 1466, vivaient à Marolles 36 à 40 ménages représentant une population de 160 habitants. Comme dans beaucoup de villages, les habitants se rendaient au puits le plus proche pour les besoins agricoles et domestiques.
Les anciens puits publics ont disparu mais il subsiste encore un puits personnel, le long de la voie ferrée. Son architecture est typique du 19ème siècle, en forme de tourelle, construite en pierres meulières, avec un dôme assez plat. Et en 1973, lors de la construction de nouveaux pavillons (route de Cheptainville), des puits ont été creusés pour atteindre la nappe phréatique qui était encore assez abondante, afin d’arroser les jardins.

Le lavoir public :

Dans les archives ou les conseils municipaux, nous n’avons pas retrouvé l’époque de la mise en service du Lavoir Public de Marolles, ni celle de l’abandon de ce lieu qui, depuis de nombreuses années, est envahi par les herbes, faute d’entretien. Mais depuis quelques mois (fin 2010) la municipalité en a lancé la remise en état.

Sources : merci à JT – Archives personnelles.

2 réponses

  1. j.pasquier dit :

    Bonjour,
    Merci pour votre visite sur mon blog.
    Je vais vous répondre précisément directement sur votre adresse mail.
    Mais sachez que les Archives Départementales de Chamarande sont une « mine d’or » pour l’histoire de notre région.
    Et vous pouvez même, directement sur internet, consulter les plans du cadastre napoléonien, qui vous permettront de retrouver les mares de Marolles.
    Certaines ont été comblées, d’autres ont disparu avec le temps et la baisse du niveau de la nappe phréatique.
    Cordialement.

  2. deboise dit :

    Bonjour

    en relation avec la SNPN, j’entreprends l’inventaire des mares sur le territoire de Marolles (entre autres) savez vous ou je pourrais obtenir une copie du relevé d’un plan terrier de Marolles au XVIIIème siècle dont vous faites état ?

    Cordialement

    Dominique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*